Le plaisir de l’auteur

Se mettre à l’origine des choses, ne pas se laisser assigner une place d’agent qui exécute les procédures. Comment propulser, impulser, initier, inventer?

« La fragilité des institutions […] conduit leurs responsables à intérioriser ce changement de propriété de l’acte d’évaluer, et à se couler dans le moule ainsi proposé, au risque de renoncer inconsciemment à leur propre capacité à évaluer, c’est à dire à produire du changement » (Harvois, Y, 1986)

L’évaluation est au cœur du plaisir au travail. En effet, pouvoir évaluer, c’est pouvoir produire du changement. Donc il y a un fort enjeu à se déposséder de l’acte d’évaluer. En effet, selon Arduino, celui qui est auteur est non seulement auteur de son texte, mais de l’orientation de son histoire, et aussi de ses modifications. C’est lui qui est propriétaire de son acte d’évaluer, et donc de changer.

Le plaisir de l’auteur est en partie contenu dans cet espace de liberté de décider la capacité à déterminer la direction de son avenir.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *